Avertissement: Les informations sur ce site sont dites alternatives et n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Référez-vous obligatoirement à votre médecin traitant en matière de santé.

Atelier vidéo gratuit (1h40) ▶ Comment guérir naturellement?

Les maladies auto-immunes sont la 3ème cause de mortalité sur la planète derrière les maladies cardiovasculaires et les cancers. Le processus d’une maladie auto-immune est le suivant : notre organisme s’attaque à ses propres cellules et tissus.

Comment guérir une maladie auto-immune ?

Les maladies auto-immunes sont compliquées à diagnostiquer par les médecins. En effet, les symptômes sont très variés et similaires à d’autres maladies courantes.

Cette pathologie se développe tout doucement, en se mettant en place pendant plusieurs années. La période de diagnostic est énorme : 5 ans au minimum ! Pourquoi ? Car les normes des laboratoires sont désuètes et les médecins manquent de formation pour détecter les premiers symptômes de cette maladie. Il n’existe aucune spécialisation médicale portant sur le système immunitaire, alors que c’est justement le cœur de cette maladie.

Quand la maladie atteint la thyroïde, le patient est amené à consulter un endocrinologue. S’il s’agit de la maladie de Crohn ou de la maladie cœliaque, la personne verra un gastro-entérologue. Dans le cas d’une polyarthrite rhumatoïde, cette dernière sera soignée par un rhumatologue.

Enfin, la sclérose en plaque par un neurologue. D’où la complexité d’avoir quelqu’un qui soigne un système immunitaire totalement perdu et qui s’attaque alors au système qui le compose.

Les symptômes qui se manifestent via les organes et les tissus démontrent simplement que réponse immunitaire est déficiente. Les améliorations seraient vraiment minimes en soignant seulement la thyroïde, la peau, les articulations et le reste des tissus. La réponse se trouve dans le rééquilibrage des défenses naturelles. Le hic, c’est qu’aucune spécialité médicale ne s’y prête réellement.

Comment fonctionne la réponse auto-immune ?

Il faut comprendre que le système immunitaire contient deux types de lymphocytes, TH1 et TH2. Le deuxième type suit l’indicateur et trouve l’intrus à exterminer. TH1 effectue le travail en attaquant et détruisant l’indésirable. Pour que notre système immunitaire parvienne à un équilibre, ces deux voies doivent se compléter. La prédominance de l’un d’entre eux au sein de notre corps va affaiblir quelque peu notre réponse immunitaire et déclencher chez certains individus, davantage de maladies.

Pour savoir quelle voie prend le dessus sur l’autre chez une personne, certains produits alimentaires comme la mélisse vont davantage stimuler TH1 tandis que TH2 appréciera davantage le café, par exemple. Ainsi, un produit peut-être bénéfique pour le premier et néfaste pour l’autre, et inversement. Ils ont en effet besoin de stimuler la partie restante du système immunitaire.

Au tout départ, il existe un gène chargé de réguler la quantité de production de lymphocytes, la réaction des anticorps ou l’équilibre entre le bras TH1 et TH2. C’est ce gène là qui peut enclencher une maladie auto-immune.

Heureusement, il est possible d’avoir une influence sur l’activation de ce gène. Le régime alimentaire, l’équilibre des hormones, le taux de stress, la santé des intestins et la détoxification vont permettre de conserver le gène de la maladie auto-immune désactivé. Quand ce gène est activé, on ne peut plus faire machine arrière.

Si la maladie est diagnostiquée de manière précoce, on peut encore stopper sa progression la mettre en rémission. Ce qui est fondamental reste le ressenti d’un individu. Si la personne est énergique, qu’elle est peu sensible aux infections, et autres allergies, et qu’elle a bonne mine, en clair qu’elle en santé, cela veut dire que son système immunitaire gère parfaitement la maladie. En revanche, si les anticorps sont bas, qu’une méforme se fait ressentir, il y a alors un souci.

Comment soigner les maladies auto-immunes et empêcher l’activation des gènes ?

Il n’est malheureusement pas possible aujourd’hui de guérir d’une maladie auto-immune à 100 %. En revanche, il est possible d’agir sur les atteintes en cours, et ainsi calmer les différents symptômes. Ce qui veut dire que l’on peut vivre convenablement avec une maladie auto-immune quand on fait des efforts pour contenir l’inflammation, qui est le souci majeur de cette pathologie.

En effet, c’est l’inflammation qui engendre des problèmes et les symptômes associés via l’organe ou le tissu touché par la maladie.


ATELIER VIDEO GRATUIT: Découvrez les 3 piliers utilisés par la médecine douce pour guérir naturellement (2h de vidéos surprenantes).

Lire aussi :

L'article précédent : Comment guérir une candidose ?

L'article suivant : Comment guérir une névrose ?