AVERTISSEMENT: En visitant notre site, vous comprenez que les informations sur ce site sont alternatives et n'ont pas pour but de prescrire la médecine, ni de guérir, ni de soigner, mais simplement de favoriser un certain bien-être. Référez-vous donc OBLIGATOIREMENT à votre médecin traitant en matière de santé.


Atelier vidéo gratuit ▶ Guérir naturellement ?

La BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive) est un type de bronchite grave qui altère le souffle de la personne malade et plus globalement ses capacités respiratoires. Cette pathologie concerne en majorité les fumeurs ou anciens fumeurs. La BPCO est une maladie respiratoire chronique qui consiste en une obstruction permanente et progressive des voies aériennes. En France, plus de 3 millions de personnes sont touchées. D’après plusieurs études médicales, la BPCO serait en passe de devenir la 3ème cause de mortalité au niveau mondial.

Dans cet article, nous allons voir les différents traitements et solutions naturelles existantes pour mieux vivre avec cette pathologie.

Comment guérir la BPCO ?

Comment guérir de la broncho-pneumopathie chronique obstructive ?

La broncho-pneumopathie chronique obstructive peut déboucher sur une insuffisance respiratoire chronique. Les poumons ne sont alors plus capables d’apporter suffisamment d’oxygène aux cellules et supprimer le gaz carbonique. Dans cette situation, près de 60 % des malades sont dépendants de l’oxygène durant 15 heures par jour par masque, sonde nasale ou lunettes.

Dans cette situation, les traitements “naturels” ne suffisent plus. Des solutions chirurgicales sont envisagés dans des cas particuliers. La chirurgie de l’emphysème convient aux patients souffrant de formes particulières de BPCO.

L’amélioration de la maladie n’est malheureusement que transitoire. La transplantation pulmonaire est réservée à des patients jeunes qui subissent des formes très évoluées de la maladie. Il y a une trentaine de greffes du genre chaque année.

La prise en charge de la BPCO demande un suivi constant de la part des médecins et du reste de l’équipe médicale. Ce qui permettra de voir si les traitements mis en place sont efficaces pour traiter les symptômes de la maladie et ralentir son évolution.

La véritable problématique est liée au manque de dépistage de l’affection. Seulement un tiers des personnes touchées par cette maladie sont diagnostiquées.

Quelles sont les solutions naturelles pour atténuer les symptômes de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) ?

Même si une personne malade ne peut guérir totalement de la BPCO, il y a une première chose à faire pour éviter que les symptômes de la maladie s’aggravent : arrêter de fumer. Sans surprise, le tabagisme est à l’origine de la quasi-totalité des BPCO, ce qui amène à une grande production de mucus favorisant les infections bronchiques.

Il faut penser à se faire vacciner, notamment chez les personnes âgées et les publics vulnérables de manière générale. La vaccination antigrippale annuelle est obligatoire pour éviter une aggravation de la maladie et réduire davantage les capacités respiratoires. Tous les cinq ans, il faut effectuer un vaccin antipneumococcique pour ne pas aggraver les exacerbations de la BPCO, quand les symptômes sont plus importants et gênants.

Pour permettre de dilater plus facilement les bronches et apporter une meilleure oxygénation à la personne, cette dernière doit avoir recours aux bronchodilatateurs de courte durée, prescrits en général par des médecins et spécialistes. Si la maladie prend de l’ampleur et que les symptômes passent du stade 1 au stade 4, les bronchodilatateurs de longue durée sont alors indispensables.

À première vue, la kinésithérapie semble à mille lieues de la bronchite chronique. Pourtant, cette spécialité paramédicale permet de traiter efficacement l’encombrement bronchique de façon constante. Quand les premiers symptômes de la maladie surviennent (toux, crachats, essoufflement à l’effort), il faut impérativement consulter un médecin, surtout après 40 ans.

La réhabilitation respiratoire permettra ainsi de diminuer l’essoufflement, de faire fonctionner certains impliqués dans la respiration. Une prise en charge pluridisciplinaire du patient est indispensable. La kinésithérapie respiratoire facilitera l’expectoration et la ventilation.

L’objectif final est de faire en sorte que la personne se serve mieux de ses capacités respiratoires  en pratiquant une activité physique régulière, en bénéficiant d’une éducation thérapeutique efficace et d’un soutien psychologique sans faille de la part des professionnels de santé et de son entourage.


Lire aussi :

Comment guérir l’eczéma ?

Comment guérir la constipation ?