AVERTISSEMENT: En visitant notre site, vous comprenez que les informations sur ce site sont alternatives et n'ont pas pour but de prescrire la médecine, ni de guérir, ni de soigner, mais simplement de favoriser un certain bien-être. Référez-vous donc OBLIGATOIREMENT à votre médecin traitant en matière de santé.

L’agoraphobie est le fait de ressentir de l’anxiété. Cette dernière se manifeste souvent au niveau physique par des symptômes se rapprochant d’une crise de panique. En clair, il s’agit de “craindre la peur”. Si vous êtes dans cette situation, pas de panique. Il est possible de vivre sereinement avec l’agoraphobie. Cet article va vous aider à y voir plus clair.

Comment guérir l’agoraphobie ?

La personne agoraphobe a peur des symptômes de l’anxiété

La personne agoraphobe a peur de certaines situations de façon récurrente car son sens du danger est excessivement développé par rapport au véritable danger auquel elle fait face, qui est dans la plupart des cas inexistants. Elle peut aussi craindre de faire, par exemple une attaque de panique ou de manifester des symptômes physiques qui pourraient la mettre à nue devant autrui.

Il faut savoir que l’agoraphobie se manifeste quand on éprouve le sentiment qu’on ne pourra pas réagir face aux symptômes de l’anxiété. Ces manifestations craintes par la personne atteinte de ce trouble sont souvent des symptômes liés à des attaques de panique, qui ne se manifestent pas immédiatement. Il s’agit d’une phobie centrée sur les manifestations corporelles.

Ayant peur de ses propres sensations physiques, l’agoraphobe modifiera son comportement pour ne pas les ressentir, en évitant certains contextes qui peuvent générer du stress. Elle pourra toutefois accepter ces situations dans certaines circonstances, par exemple en étant accompagné par un proche.

Pas de causes réellement identifiées pour l’agoraphobie

Les origines de cette phobie sont toutefois troubles. Selon les spécialistes, il n’y a aucun facteur de risque identifié, ou d’antécédents liés à l’histoire personnelle. Il est possible que la situation à l’origine des symptômes puisse avoir été associée à une expérience de panique par le passé, mais ce n’est pas tout le temps le cas.

Ainsi, l’agoraphobie touche davantage de femmes que d’hommes et peut dépendre d’un contexte qui augmente la sensibilité aux sentiments internes.

La mise en place d’une thérapie comportementale et cognitive contre la peur des lieux non-sécurisés

Le seul traitement qui fonctionne dans le cas d’une agoraphobie consiste pour la personne touchée par ce trouble à suivre une thérapie comportementale et cognitive(TCC). Il s’agit d’une thérapie (qui peut durer plusieurs années) qui a pour but de remplacer les idées négatives et les comportements inadéquats par des pensées et des réactions qui font corps avec la réalité de la personne.

La partie la plus importante de cette thérapie est l’analyse fonctionnelle. Cela permet d’appréhender le fonctionnement du trouble et pourquoi celui-ci persiste malgré les efforts que fait la personne.

Par le biais de cette thérapie, le patient effectue un vrai travail d’apprentissage, ce qui lui permet de reprendre le contrôle de ses ressources internes. Cela lui permet de mettre en place certaines astuces pour gérer sa peur ou limiter les symptômes.

Quand ces comportements sont identifiés, il faut les anéantir car ils agissent comme des précautions de sécurité excessives qui alimentent un cercle vicieux. La TCC donne la possibilité à la personne d’appréhender son anxiété, sans que cette dernière ne soit considérée comme dramatique.

Cependant, quand les symptômes durent trop longtemps, ils peuvent réellement pénaliser la vie de la personne dans tous ses aspects. Si l’individu atteint du trouble d’agoraphobie ne surmonte pas sa peur, le risque est de dépendre d’autres personnes.


ATELIER VIDEO GRATUIT: Découvrez les 3 piliers utilisés par la médecine douce pour permettre au corps et à l'esprit de se guérir naturellement (2h de vidéos surprenantes).

Lire aussi :

L'article précédent : Comment guérir l’acné ?

L'article suivant : Comment guérir l’anxiété généralisée ?